vendredi, 06 avril 2018 19:23

Religion : Les évêques togolais se fâchent contre certains prêtres véreux

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La Conférence des Evêques du Togo s’indigne contre les allégations La Conférence des Evêques du Togo s’indigne contre les allégations
DECLARATION DE LA CET SUR LA SITUATION DANS LE DIOCESE DE KPALIME
Chers Fils et Filles, Prêtres, Religieux, Religieuses, Fidèles laïcs,
Et vous tous, hommes et femmes de bonne volonté,
Le mercredi 28 mars 2018, Mercredi Saint selon la liturgie catholique, des scènes de violence et de trouble ont eu lieu au cours de la Messe Chrismale que présidait Mgr Benoît ALOWONOU en sa Cathédrale Saint-Esprit de Kpalimé. Nous savons que nombre d’entre vous en ont été informés, notamment par les réseaux sociaux sur le net, comme vous l’avez été aussi,  depuis plusieurs mois par les mêmes canaux, des difficultés que le diocèse de Kpalimé traverse, amplifiées par des propos calomnieux et honteux de la part de certaines personnes qui se disent « fils et filles » de notre Mère Eglise.
Vos Pères Evêques, à l’issue d’une réunion extraordinaire tenue ce mardi 03 avril 2018 à Sokodé, tiennent à faire une mise au point, exprimer leur indignation et vous adresser les exhortations suivantes :
 
Mise au point : un constat d’échec de toutes les démarches de  miséricorde
 
Nous vos Pères Evêques, voudrions, aujourd’hui, vous informer que depuis les débuts de ce problème du diocèse de Kpalimé dont l’élément déclencheur a été une lettre signée par un groupe de quatre (04) prêtres contre leur Evêque, nous nous sommes impliqués par plusieurs missions dans la recherche d’un dénouement heureux de la crise. 
La première a été une série de rencontres que l’Archevêque Métropolitain, Mgr Denis AMUZU-DZAKPAH, délégué par ses pairs, a eues en juin 2016 avec le Collège des  Consulteurs Diocésains, avec les quatre prêtres signataires et avec Mgr ALOWONOU lui-même. Ces entretiens ont permis aux protagonistes de cette « crise » encore embryonnaire, de mettre en place un plan de gestion de crise.
Une deuxième mission composée de Mgr Denis AMUZU-DZAKPAH, Mgr Jacques ANYILUNDA et Mgr Nicodème BARRIGAH-BENISSAN a organisé également en 2017, plusieurs rencontres avec l’Evêque de Kpalimé,  avec les Consulteurs et des délégués de la Fraternité des prêtres diocésains de Kpalimé ainsi  qu’avec les quatre prêtres signataires. 
La même mission des trois Evêques s’est poursuivie quelques mois plus tard par des rencontres avec deux des quatre prêtres signataires qui avaient opposé un refus catégorique à leur nouvelle nomination décidée par l’Evêque de Kpalimé, estimant que c’est une nomination « punitive ». 
En octobre 2017, au cours de leur Session Ordinaire qui a eu lieu providentiellement à Kpalimé, selon les tours par diocèse, tous les Evêques réunis ont écouté Mgr ALOWONOU, puis les deux prêtres, à savoir les Pères Alexandre ANIBRI et Yves Paul AZAGLO. Ils ont également écouté quelques membres du Collège des Consulteurs. Après des échanges profonds sur le sujet, les Evêques  ont pu obtenir de leur confrère, Mgr ALOWONOU, la concession d’accepter de changer les nominations pour ces deux prêtres qui, de leur côté, ont accepté de quitter leur poste.
Les semaines qui ont suivi cette ultime mission, les Evêques ont appris que les Pères Alexandre ANIBRI et Yves Paul AZAGLO ont refusé de quitter leurs anciens postes. C’est alors que des messages calomnieux écrits et vocaux ont commencé à circuler sur les réseaux sociaux.
Sur ces entrefaites, le Nonce Apostolique a pris sur lui de rencontrer lui-même les  Pères Alexandre ANIBRI et Yves Paul AZAGLO. Le Représentant du Pape au Togo leur a parlé très paternellement mais fermement. Il leur a proposé plusieurs options de solution, notamment la possibilité, acceptée par leur Evêque, de leur trouver un diocèse d’accueil même hors du Togo s’ils le souhaitent.
Les Evêques, ainsi que le Nonce Apostolique, ont été heureux d’apprendre, qu’après ces multiples rencontres, le Père Alexandre ANIBRI a finalement accepté sa nomination. En revanche, l’obstination dans la désobéissance du côté du Père Yves Paul AZAGLO s’est davantage empirée avec des propos injurieux et diffamatoires contre son Evêque, certains membres de la Conférence des Evêques et le Nonce Apostolique. 
Devant ces allégations diffamatoires hors de toutes proportions, la Conférence des Evêques du Togo a dépêché, le mercredi 21 mars 2018, cinq (05) Evêques à Kpalimé pour rencontrer tous les prêtres de ce diocèse. Le clergé de Kpalimé a alors fait part  aux Evêques leur tristesse et ont pris l’engagement d’exprimer publiquement leur désapprobation vis-à-vis de cette manière d’agir et de condamner ces calomnies lors de la Messe Chrismale prévue pour le mercredi  28 mars 2018. C’est suite à la lecture de ce message que les violences et troubles que nous avons évoqués plus haut ont commencé à l’initiative étrange de trois (03) prêtres.
Le Père Yves Paul AZAGLO en premier, puis le Père Gerson GALE et le Père Daniel GBADJI se sont accaparé tour à tour du micro pour lancer des propos scandaleux vis-à-vis de l’Evêque, pour se départir du message qui venait d’être lu, et inviter les fidèles à faire en sorte que la Messe Chrismale n’ait pas lieu : un désordre scandaleux et sacrilège a maintenu l’assemblée pendant près d’une heure avant que le calme ne revienne. Les 3 prêtres auteurs des troubles sont restés ostensiblement assis à leur place au moment où les 90 autres prêtres présents renouvelaient, debout devant l’Evêque, leurs promesses sacerdotales.
Douleur et indignation
Au vu de tout ce qui précède, la Conférence des Evêques exprime sa douleur de constater que, malgré toutes les démarches faites, dans un esprit d’Eglise et de miséricorde, de correction fraternelle et de respect, ses efforts ont abouti, pour une bonne part, à un échec et à l’amère évidence d’être en face de personnes qui ont perdu  tout sens de l’Eglise et de dignité. La désobéissance affichée et obstinée ainsi que le grand scandale orchestré au cours de la Messe Chrismale 2018 à Kpalimé, nous amènent, nous vos Pères Evêques, à vous adresser dans la foi et la Lumière du Christ ressuscité, le message de recadrage suivant :
La Conférence des Evêques du Togo déplore avec profonde tristesse et condamne avec la plus ferme vigueur les actes violemment scandaleux et sacrilèges posés par des prêtres de Jésus-Christ, délibérément hors communion avec leur évêque, le Mercredi Saint à l’église,  à l’occasion même de la Messe Chrismale au cours de laquelle ces prêtres étaient censés renouveler leurs promesses sacerdotales ;
La Conférence des Evêques du Togo s’indigne contre les allégations selon lesquelles certains de ses membres seraient dans des confréries ou loges maçonniques. Contrairement aux messages qui circulent, la CET veut vous rassurer une fois encore de l’incompatibilité de leur mission avec les doctrines de ces groupes. 
Les Evêques interpellent particulièrement les prêtres et les personnes consacrées qui se sont laissé aller  ces derniers temps à des soupçons sur tel ou tel Evêque, de vite se ressaisir et d’aider les autres fidèles, surtout les plus faibles, à garder la flamme de la foi en Jésus mort et Ressuscité et Vivant dans son Eglise ;
Par ailleurs, contrairement à ce que racontent ces messages calomnieux, vos Pères Evêques déclarent publiquement n’avoir aucune relation de complaisance ou de compromission de quelque nature que ce soit avec les pouvoirs publics ou politiques. Toutes les décisions de la CET sur les questions sociopolitiques sont toujours prises unanimement en Conférence, et les Evêques ne retirent et ne retireront rien de ce qu’ils déclarent en âme et conscience dans ce domaine ;
Exhortation et recommandation
Face à la situation qui prévaut dans le diocèse de Kpalimé, la Conférence des Evêques du Togo recommande à son pasteur propre, Mgr Benoit ALOWONOU, de prendre des mesures prévues par le Code du droit canonique en de pareilles circonstances.
Les Evêques exhortent tous, prêtres, religieux, religieuses, fidèles laïcs et tout homme et toute femme de bonne volonté à continuer de vivre dans la foi et l’obéissance, à aimer l’Eglise et à la servir, à aimer son prochain et à travailler à protéger la dignité de toute personne humaine.
La présente Déclaration sera lue dans toutes les églises des sept diocèses du Togo le dimanche 08 avril 2018, Dimanche de la Miséricorde.
Fait à Sokodé, le 03 avril 2018
Ont signé :
                                                                                               
S.E. Mgr Benoît ALOWONOU                            S.E. Mgr Denis AMUZU-DZAKPAH
    Evêque de Kpalimé                                                 Archevêque de Lomé
    Président de la C.E.T.                                           Vice-Président de la C.E.T.
                                                  
  S.E. Mgr Isaac Jogues GAGLO                 S.E. Mgr Nicodème BARRIGAH-BENISSAN             
         Evêque d'Aného                                                      Evêque d’Atakpamé
                                                                             
   S.E. Mgr Jacques LONGA                            S.E Mgr Célestin-Marie GAOUA
              Evêque de Kara                                            Evêque de Sokodé
                                                    
    S.E. Mgr Dominique GUIGBILE                           S.E. Mgr Philippe KPODZRO
               Evêque de Dapaong                                   Archevêque Emérite de Lomé
                                                                         
 S.E. Mgr Jacques N.T. ANYILUNDA                                   S.E. Mgr Ambroise DJOLIBA  
    Evêque Emérite de Dapaong                                           Evêque Emérite de Sokodé
Lu 1045 fois

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.