vendredi, 30 mars 2018 10:53

INSEED: L’EIPT relève des améliorations dans la lutte contre le paludisme au Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus de 85% des ménages possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide au Togo Plus de 85% des ménages possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide au Togo

La première Enquête sur les indicateurs du Paludisme réalisée au Togo (EIPT) du 18 septembre au 14 novembre 2017 sur toute l’étendue du territoire national par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED) a livré ses résultats jeudi à Lomé, en présence des acteurs impliqués et des partenaires techniques et financiers. L’enquête a ciblé près de 5.000 ménages et tester près de 3.000 enfants de 6-59 mois pour l’anémie et le paludisme.

Il ressort de cette enquête que plus de 85% des ménages possèdent au moins une moustiquaire imprégnée d’insecticide, une amélioration depuis 2013-2014, lorsque 65% des ménages en possédaient. Cette augmentation a eu des impacts significatifs sur les données dans la lutte contre le paludisme pour ne pas dire que le Togo fait du progrès dans la lutte contre ce fléau.

A titre d’exemple, 82% des ménages ont accès aux moustiquaires supposant que chaque moustiquaire peut être utilisée par deux (2) personnes, la proportion d’enfants ayant dormis sous une moustiquaire la nuit précédant l’enquête a augmenté de 43% en 2013-2014 à 70% en 2017, de même l’utilisation des moustiquaires par des femmes enceintes a augmenté de 40% à 69% dans la même période.

L’enquête a relevé que plus d’enfants fébriles ont reçu le traitement recommandé pour le paludisme : une combinaison thérapeutique à base d’artémisinine antipaludique (CTA). Leur proportion a augmenté de 50% en 2013-2014 à 76% en 2017 et celle des femmes enceintes ayant reçu au moins deux doses de SP comme traitement préventif intermittent pendant la grossesse a aussi augmenté, passant de 57% en 2013-2014 à 68% en 2017.

L’enquête a montré que près de 3 enfants de 6 à 59 mois sur 10 ont été testés positifs pour le paludisme selon la microscopie et que la prévalence du paludisme varie sensiblement selon la région, passant de 7% dans la grande agglomération de Lomé à 47% dans la région des Plateaux.

« Fier » de ces différents progrès réalisés par le Togo, le Représentant du ministre de la Santé et de la protection sociale, Agbéko Tomekloe a dans un premier temps salué le travail abattu par l’INSEED qui, selon lui a permis de ressortir les données globales. « Ces données permettront au gouvernement de voir les efforts du Togo et de définir de nouvelles stratégies de lutte contre le paludisme », a-t-il laissé entendre.

Le Coordonnateur du Programme national de Lutte contre le Paludisme (PNLP) Obou-Tina Atcha a salué les efforts réalisés par le Togo tout tant en exhortant le gouvernement à plus d’ardeur dans la lutte contre le paludisme.

Dans son développement, le Représentant du Directeur général de l’INSEED Kossivi Bandje Atcharé, a remercié les partenaires pour le soutien indéfectible envers le Togo. Il a par ailleurs témoigné sa gratitude au gouvernement pour sa disponibilité à accompagner l’INSEED dans ses objectifs.

Pour rappel, l’enquête a été possible grâce au concours du gouvernement en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers notamment, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Lu 304 fois Dernière modification le samedi, 31 mars 2018 15:45

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.