lundi, 26 mars 2018 13:31

Round 3 du dialogue politique : où se situe vraiment le nœud du problème ?

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Nana Akufo-Addo, le président ghanéen facilitateur dans la crise Nana Akufo-Addo, le président ghanéen facilitateur dans la crise

Le dialogue inter togolais a repris vendredi dernier entre pouvoir et opposition sous l’égide du président ghanéen Nana Akufo-Addo, après un mois de mise en veille. Les discussions ont permis un gel des préparatifs pour les prochaines élections locales. De son côté, l’opposition réduit ses exigences.

Reprise du dialogue politique entre pouvoir et opposition le 23 mars dernier. Arrivé dans la matinée à l’hôtel 2 février, le président ghanéen et facilitateur dans cette crise, Nana Akufo-Addo, a entamé un dialogue avec les deux parties avant de mener des échanges bilatéraux avec les deux parties.

On note des échanges que le gouvernement a accepté de collaborer avec la CENI en vue de suspendre le processus de préparation des élections, ce qui constituait l'une des préoccupations principales formulées par la coalition des 14 partis de l'opposition lors de la dernière réunion en février 2018, en attendant les résultats du dialogue. L’opposition, désormais aussi, ne parle plus d’un retour intégral à la constitution de 1992 mais réduit ses revendications autour de cinq articles de ladite loi fondamentale.

La coalition n’entend pas aussi accepter une possible candidature de Faure Gnassingbé à l’élection présidentielle de 2020 et c’est cette question qui pose problème dans l’affaire. « En aucun cas nous ne pouvons accepter que l’actuel président de la République soit candidat à l’élection présidentielle de 2020. Pour nous c’est quelque chose d’inacceptable », a indiqué la coordinatrice de la coalition de l’opposition, Brigitte Adjamagbo-Johnson au micro de BBC-Afrique avant d’affirmer « Nous avons dit en ce qui concerne la limitation des mandats qu’il sera inacceptable d'oter la formule "en aucun cas, nul ne peut faire plus de deux mandats". Le président a rendu compte de notre position à la délégation du parti au pouvoir et est venu nous donner leur réaction, qu’il n’accepte pas que leur champion ne soit pas candidat en 2020, point du blocage de la séance du 3e round du dialogue inter-togolais présidé par le facilitateur »

Au terme des discussions, chaque camp a été appelé à étudier les différentes propositions formulées par son adversaire. Les propositions feraient l'objet des discussions plus approfondies à l'occasion d’une prochaine session du dialogue dont la date n’est pas encore connue. Il est annoncé des concertations bilatérales entre le président ghanéen et chacune des deux parties avant le round 4 du dialogue en cours.

Lu 489 fois Dernière modification le lundi, 26 mars 2018 14:22

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.