La malnutrition est devenue une préoccupation mondiale et un problème de santé publique. D’après les statistiques de la FAO, près de 2,6 millions d’enfants meurent essentiellement de la malnutrition chaque année dans le monde et un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes. La malnutrition sévère aiguë afflige plus de 20 millions d’enfants dans le monde.

nutrition

Ce phénomène souvent et insidieux est à l’origine de 55% des décès infanto juvéniles. Le Togo n’est pas épargné du fléau ce qui impose aux décideurs d’accélérer le volet de la politique d’alimentation afin de relever defi de la malnutrition.

Ainsi, les ministères de la Santé et de la Protection Sociale, de la Planification du Développement ont organisé en collaboration avec l’Organisation Mondiale de la Santé et l’UNICEF une rencontre d’informations et de réflexions pour le renforcement de la nutrition au Togo, ce 19 mai 2017 à Lomé.

La rencontre vise à sensibiliser les principaux acteurs sur les gains d’investir dans la nutrition et les dangers de ne rien faire contre les diverses formes de malnutrition qui affligent les groupes vulnérables.

Pour le Docteur Boukhary ISSELMOU, représentant résident de l’UNICEF au Togo, « la nutrition est à la fois un facteur et un indicateur de développement, parce que l’état nutritionnel d’une population en particulier au niveau des enfants a un impact extrêmement important sur le développement d’un pays. Le Scaling Up Nutrition (Mise à l’échelle de la nutrition) qui est une plateforme et un passage à l’échelle multisectorielle des interventions pour lutter contre la malnutrition », a-t-il indiqué.

Le Ministre de la Santé et de la Protection Sociale, le professeur Moustafa MIJIYAWA a salué l’approche multisectorielle qui permettra non seulement de trouver une solution à la malnutrition mais aussi de pouvoir donner une nouvelle orientation à la médecine en particulier et à la santé en général.

Le Ministre de la Planification du Développement, M. Kossi ASSIMAÏDOU a déclaré que la convergence des politiques sectorielles et des initiatives essentiellement dans une synergie d’actions devait se traduire par une meilleure valorisation des actes tangibles des politiques sectorielles mises en œuvre par le gouvernement dans la quête d’un état nutritionnel satisfaisant.

« Notre objectif est de mobiliser non seulement toutes les énergies positives ainsi que les ressources nécessaires mais aussi de développer des partenariats stratégiques et opérationnels pour le renforcement de la nutrition. » a-t-il conclu.

Depuis 2015, le gouvernement a lancé le projet Transferts Monétaires dans les régions des savanes et de la Kara considérées les plus pauvres et où les indices de malnutrition sont les plus élevés au Togo.

Ce projet intervient dans la prévention de la malnutrition chez les enfants de 0 à 24 mois, les femmes enceintes d'au moins trois mois et dans la récupération nutritionnelle des enfants atteints de malnutrition aigüe, sévère ou chronique de 25 à 59 mois. Environ 15 000 personnes sont bénéficiaires du projet.